spectacles

OUALRUSS

Souffler quitte à s’époumoner pour faire danser les lendemains !
Tel est l’étendard brandi par Oualruss.

Derrière les sons s’entremêlent pour donner ce mélange de morceaux entêtés entêtants scansés engliche ou frenchy où l’on papote d’instants fugaces comme de grandes questions avec un goût de soleil !

Après ce looooong temps passé à se nourrir de musique afro et ce temps aussi à mettre en ambiance l’improvisation théâtrale et ce temps à enregistrer sur téléphone des bouts de mélodie et des riffs et des tournes sans fin… Quelqu’un le croira quand il dit qu’il veut y aller mollo ?

Interview sortie du four :

Un mot sur le théâtre d’impro ?
Ca a commencé par aller voir des potes jouer aux Trois Petits Points, un bar bien roots de Nancy. A force de les voir sur scène j’avais envie de partager ça avec eux mais à la place qu’il faut, comme un sideman en concert : tu es là, tu joues mais l’important c’est ce qui se passe au centre. Et depuis 5 ans faut dire il y a eu de ces soirées et des ateliers tellement magiques que ça te relance pour des mois ! Et chaque soir où tu joues, comme comédien tu as peur de retomber dans ton personnage (et pour moi les mêmes riffs et ça arrive sans doute !!). Et puis le sketch ou l’histoire se construisent et tout ça amène du nouveau juste jouissif et la guitare s’emballe à son tour ! L’impro est arrivée à point nommé car c’est elle qui m’a redonné confiance pour composer de nouveaux morceaux et remonter sur scène en solo.

L’univers musical tu le décrirais comment ?
Un mix total !!! Histoire de mettre un sourire dans la case, j’ai récemment mis que c’était du rock alterné dans le sens de rock’n roll mais aujourd’hui le mot rock s’est semble-t-il durci. Alors je ne sais pas, je compose ce qui me vient et me plaît et je laisse le soin au public d’écouter ! Pour les textes pareil, avant avec Damoizo j’écrivais des histoires et aujourd’hui je suis plus sur des sensations, il n’y a plus d’intro et de conclusion il y a juste un ressenti. Je fouille les moments heureux mais fragiles.

Et sur ton son en concert ?
Oula ça reste du labo en tout temps ! Que ce soit en studio ou sur scène je continue à improviser, à tester, à tenter. Je crois que comme tout musicien, la musique que j’écoute au quotidien est si riche et colorée qu’elle donne envie d’approcher les mêmes sons. Et comme ça reste une mine inépuisable c’est du bonheur ! En même temps et c’est asez paradoxal (donc tout moi !) je suis aussi partisan des contraintes ! la contrainte c’est : tu as ton pedalboard pour faire sonner le morceau alors débrouille-toi avec ! Car sans contrainte je virevolte un peu trop !!!

Les boucles c’est un parti pris ?
J’ai commencé à composer chez moi avec un looper basique qui n’avait qu’une seule piste. Puis je m’en suis servi pour le théâtre d’impro. Tout ça semblait logique de continuer dans cet esprit ! Juste j’ai fait évoluer le looper pour avoir deux pistes. Mais ça en restera là car là encore la contrainte m’intéresse, elle évite surtout d’avoir la tête sur les boutons à cliquer plutôt que de croiser les regards !!! La guitare c’est pareil, c’est la même depuis 2005 et je ne sais toujours pas si c’est moi qui me suis fait à son son ou l’inverse !

Album à venir ? Clip ?
L’album c’est dans les tuyaux ! En ce moment j’enregistre des morceaux au Studio Pandore et avec Antoine on essaie de trouver le son qui nous convient. Là encore c’est du labo !! Je verrai ce qu’il en faut en faire après. Le clip, je m’en fous. D’une je n’en regarde jamais, de deux je n’ai jamais compris cette folie de plaquer de l’image sur de la musique. L’inverse par contre a tout son sens !! J’allais dire tu prends les westerns de Leone et tu enlèves la partition de Morricone et là ouch mais ici c’est encore plus spécifique car les scènes mêmes ont été pensées avec la musique voire tournées au rythme des morceaux. Bref, quand j’étais ado, MTV était déjà pour moi une ineptie. La musique porte suffisamment d’émotions qu’elle n’a besoin que d’elle même. Mais bon l’image a un peu gagné sur tous les tableaux ces 30 dernières années !!

  • Sur scène Looper, guitare, basse, clavier, chant et choeurs
Not Da Day A dou iou dou (démo) Talactatoum (démo) Cafuné (démo) Yallé (démo) Tout ou rien AG (démo) Tellement (démo) D’Alger (démo)